Les missions de l'Atelier Soudé

LAtelier Soudé s’est fixé six principales missions qu’elle vise à remplir au travers de ses différentes activités.Chacune de ces missions s’articule autour des valeurs de convivialité, sobriété et solidarité qu’elle proclame et défend.

  • La première vise à réduire les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE, ou D3E). En accompagnant lors des ateliers de réparation les adhérents à réhabiliter leurs appareils, l’association offre à ses participants l’occasion d’éviter de les jeter et donc de produire un nouveau déchet.
  • La seconde mission consiste à permettre la réappropriation des appareils électriques et électroniques par le public de l’association. Cette démarche qui s’opère en particulier lors des ateliers de réparations et des formations consiste à démystifier la complexité apparente des objets électroniques. Par les explications des réparateurs et le contact direct avec leurs appareils au travers les manipulations effectuées (ils sont particulièrement incités à participer), les adhérents redécouvrent leurs objets sous un nouveau jou et comprennent davantage leur fonctionnement.
  • Une autre mission cherche à promouvoir les logiciels libres. Relevant d’une philosophie du partage ils sont considérés comme une alternative aux logiciels propriétaires dans le sens ou les utilisateurs ont la liberté de les exécuter, de les copier, les distribuer, les étudier, les modifier et les améliorer. Assez peu connus du grand public ils sont pourtant utilisés dans nombre de nos objets du quotidien et dans différents secteurs d’activité. Ainsi c’est tout un ensemble d’enjeux moraux et sociaux qui se joue autour du logiciel libre et qui se recoupe avec ceux promus par l’Atelier Soudé. Il importe donc pour la majorité des réparateurs et des organisateurs de soutenir et encourager l’utilisation de ce type de logiciels.
  • Rendre accessible la réparation à tous est une autre mission de l’association. Le défi consiste à démocratiser les savoirs et offrir la possibilité à tous de pouvoir réparer son appareil sans avoir à dépendre d’un professionnel ou du constructeur. nombre de constructeurs cherchent à rendre la réparation de leurs matériels impossible pour les utilisateurs par le fait de ne pouvoir démonter son appareil, ou de ne pouvoir accéder à des pièces de rechange, ou encore par l’annulation de la garantie en cas de manipulation non autorisée.
    «Réparer ne devrait pas être une interdiction mais un droit» C’est la raison pour laquelle l’Atelier Soudé s’attache à rendre cette liberté en offrant à chacun l’opportunité de réparer soi-même son matériel.
  • L’Atelier Soudé cherche aussi par ses activités à éduquer et sensibiliser aux enjeux environnementaux. Bien que cet aspect soit assez peu mis en avant des ateliers de réparations, des animations pédagogiques de sensibilisation sont dispensées auprès de centres sociaux, MJC, écoles, bibliothèques, ou lors d’évènements locaux.
  • La dernière mission se propose de développer de nouveaux modèles économiques, de travail, de production et de consommation. Par exemple, au travers de ses activités de réparation, l’association propose une forme d’alternative au marché de masse pour leurs adhérents. Aussi, cette perspective large lui permet d’élargir ses champs d’action et de travailler sur de multiples projets en lien plus ou moins direct avec ses activités principales. Aussi, pour les accompagner dans cet horizon relativement ouvert, l’Atelier Soudé crée et entretient de multiples partenariats et relations avec d’autres associations de la métropole (mais aussi à l’extérieur) qui sont le plus souvent militantes. De ce fait, elle occupe une certaine place au sein du paysage associatif militant lyonnais.
    .